L’enseignement des compétences professionnelles dans une classe de français

trio alla scrivania

L’ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS

Annie Renaud

Les élèves d’aujourd’hui sont les salariés de demain. Ils devront affronter un marché du travail compétitif où l’écueil principal est de trouver un premier emploi. Au sortir de l’école, combien seront préparés à ce challenge? L’acquisition de compétences transversales est désormais incontournable: communiquer dans une langue étrangère, maîtriser l’outil numérique, connaître le monde de l’entreprise et ses transformations. Comment enseigner autant de choses dans un temps de classe limité? C’est le défi de l’enseignant auquel notre atelier est consacré.
 
En ce qui concerne le français, il s’agit donc, dans un contexte scolaire, de rendre les élèves compétents avant même qu’ils soient entrés dans le monde du travail. Jusqu’à présent, la perspective du monde du travail était assez éloignée, or l’introduction de l’alternance scuola lavoro (Art. 33 legge 13 luglio 2015 n. 107 ) va projeter les élèves dans une réalité maintenant très proche. Le premier contact avec le monde professionnel se situe désormais au deuxième semestre de la troisième année (secondo biennio), c’est-à-dire l’année où les élèves commencent à étudier le langage spécifique du secteur commercial. La gestion du temps est également un aspect crucial car les enseignants sont soumis à une forte pression: le temps de la leçon a tendance à diminuer (selon les horaires, certaines leçons sont réduites à 50 minutes), le nombre d’élèves augmente dans les classes (ce qui réduit le temps moyen d’intervention par élève), par contre les contenus scolaires à impartir ne rétrécissent jamais (dans les deux premières années la certification des compétences est devenue obligatoire, dans les trois dernières années, la certification des langues étrangères DELF-DALF est devenu un facteur de promotion des établissements scolaires). Un autre défi de l’enseignant, qui va de pair avec les précédents, c’est de maintenir la motivation et l’intérêt des élèves, une tâche qui se révèle difficile car les élèves actuels sont des natifs du numériques qui ont un profil différent des élèves auxquels nous enseignions il y a seulement quelques années de cela.

screenshot 1

L’acquisition des compétences

Dans un contexte professionnel, on dit d’une personne qu’elle est compétente quand elle connaît bien son travail ou qu’elle est apte à exercer la fonction qu’elle exerce. La compétence est donc indissociable de l’expérience. L’acquisition des compétences en français consiste donc à mettre nos élèves dans des situations professionnelles susceptibles de se présenter à eux, de manière à ce qu’ils soient aptes, à l’avenir, à prendre des décisions, même dans des circonstances différentes de celles auxquelles ils auront été confrontés.

Dans Marché conclu!, ces situations professionnelles crédibles, ce sont les études de cas qui couvrent plusieurs domaines, vu que nos étudiants peuvent être amenés à travailler dans des lieux très différents: banque ou société d’assurance, service du personnel, service marketing, service commercial, service comptabilité/facturation, ONG...

Bien sûr il ne s’agit pas de propulser nos élèves directement dans une situation professionnelle sans les avoir préparés adéquatement. Vous remarquez donc dans chaque étude de cas:

  • une mise en situation
  • une série de compétences spécifiques

Ces compétences complètent un parcours puisqu’elles renvoient dans le livre:

  • d’abord à une série d’activités d’apprentissage sur chaque compétence (déterminer la politique de produit, choisir un logo, créer une publicité, faire du e-marketing, participer à une manifestation commerciale)
  • ensuite à une série d’exercices dans la partie Entraînement qui suit la leçon
  • pour finir par un Bilan

La compétence professionnelle s’acquiert également par le travail sur des documents commerciaux. Un élève qui a appris à déchiffrer des graphiques, des organigrammes, des bons de commande, des bons de livraison, des factures, des documents de transport et qui aura été confronté à différentes typologies de courriers commerciaux sera beaucoup plus à même d’affronter la réalité de l’entreprise. Aussi faut-il donner aux élèves l’occasion de travailler sur des situations typiques de l’activité commerciale: adresser une offre, demander un devis, négocier des conditions de livraison, passer commande, facturer, s’occuper des problèmes de règlement, de retards de paiement etc. tout en ayant des outils solides leur permettant l’acquisition de la phraséologie utile ainsi qu’un entraînement régulier à la traduction.

screenshot 2
screenshot 3

Gagner du temps et réduire la pression

L’organisation du travail en début d’année n’est pas une perte de temps pour l’enseignant, mais plutôt un investissement. Il est très utile de prévoir dès septembre un nombre d’unités minimum/maximum à faire pendant l’année scolaire (en adaptant en cours d’année le nombre d’unités au niveau de la classe) et de les répartir sur un calendrier pour aboutir à une sorte de planning mensuel et/ou hebdomadaire (très aisé à réaliser à l’ordinateur) avec des objectifs précis afin d’éviter de s’attarder trop longtemps sur une unité. En cas de retard, il ne faut pas hésiter à écourter l’unité en question. Avec Marché conclu!, vu que tous les exercices renvoient aux compétences de l’unité, il est très facile de gérer ses choix. 

On note de nos jours une augmentation du nombre d’absences journalières chez les élèves. Pour éviter de perdre un temps précieux dans la «mise à jour» des élèves à leur retour à l’école, l’enseignant peut assigner un partenaire à chacun (à faire en début d’année) pour tenir les absents régulièrement informés (contenus/devoirs). Si l’établissement scolaire n’utilise pas le registre électronique, l’utilisation de WhatsApp est très utile pour le partage des documents essentiels: le calendrier des interrogations écrites/orales par exemple.

Le temps consacré aux devoirs étant en nette diminution, il est utile de donner à lire une page qui sera exploitée à la prochaine leçon (texte, graphique, tableau, lettre ou article) ce qui permet de gagner un temps précieux à la leçon suivante. Il suffit de poser deux ou trois questions aux élèves pour vérifier si le travail a été fait et de poursuivre avec les activités d’apprentissage.

On laissera aux élèves comme travail à la maison les tâches qu’ils effectuent le plus facilement: les recherches Internet. Dans Marché conclu! les nombreuses activités de recherche sont signalées par la mention «compétence numérique». Elles sont parfois très encadrées lorsqu’elles sont susceptibles de présenter des difficultés.

screenshot 4
screenshot 5

Maintenir l’intérêt et la motivation

Avec l’alternance scuola lavoro on est vraiment dans une perspective actionnelle selon laquelle l’élève communique d’autant mieux qu’il sait pourquoi il communique et qu’il est convaincu de son utilité. Avec la perspective d’un contact anticipé avec le monde du travail, les élèves sont nécessairement plus motivés. Etant pratiquement «aux portes du marché du travail» avec, pour certains d’entre eux, l’ambition de tenter leur chance à l’étranger ou de faire un séjour Erasmus, les élèves trouveront sans nul doute un intérêt à savoir lire les petites annonces sur des sites internet en français, rédiger un curriculum vitae au format européen ou bien ouvrir un compte bancaire dans la langue de Molière (enfin plus tout à fait…).

Pour encourager les élèves au travail, les activités proposées doivent être réalistes et modulées selon le niveau global de la classe. Les élèves travailleront d’autant mieux que les tâches proposées seront «raisonnables» et ne demanderont pas un travail démesuré. Selon le degré de réussite, rien n’empêche l’enseignant de procéder par étapes et de rajouter quelques activités en cours de route.

Afin de maintenir l’intérêt de la classe, il est préférable de varier les activités le plus possible: écoute, lecture, production orale, production écrite, recherche Internet, vidéo. Marché conclu! contient toutes les typologies ci-dessus dont 17 vidéos dont la plupart reflètent des situations professionnelles mais aussi des débats et des émissions portant sur l’actualité économique. L’enseignant peut choisir de faire visionner la vidéo à la maison et d’en discuter ensuite à la leçon suivante. La variété est effectivement un facteur clé de motivation. Les documents de lecture proposés dans Marché conclu! totalisent environ 70 articles (de journaux ou de magazines) susceptibles d’intéresser les adolescents mais toujours en rapport avec l’actualité récente sur le thème de l’unité.

Les élèves sont généralement plus attentifs lorsqu’on leur donne l'occasion de réagir, par exemple en les rendant protagonistes d’une étude ou d’un sondage et en les faisant interagir avec le reste de la classe. Pour susciter l'intérêt pour une lecture, il suffit parfois d’exciter la curiosité en anticipant quelques détails. La meilleure «recette» avec les adolescents, c’est d’introduire le sujet en partant de leur propre expérience, en leur permettant de parler en italien s’ils n’ont pas les capacités d’exprimer leurs idées en français puisqu’il s’agit ici d’un simple warm up, destiné à motiver les élèves à la lecture. Il ne faut pas hésiter à «provoquer» la contradiction ou le conflit intellectuel: rien de tel qu’un débat «flash» (une quinzaine de minutes maximum) sur des sujets actuels pour relever l’attention: pour ou contre la mondialisation, la révolution numérique, l’Union européenne, l’immigration, l’énergie nucléaire...

Finalement, il ne faut pas sous-estimer l’importance des auto-évaluations régulières: elles permettent aux élèves d’apprécier leurs compétences mais aussi d’identifier quelles révisions sont nécessaires pour se remettre à niveau. Marché conclu! comprend pour chaque unité un Bilan et une évaluation «Esame di Stato» (soit 17 Bilans 17 sections «Vers l’Examen»).

 

Annie Renaud est auteur de plusieurs livres scolaires, enseigne depuis de nombreuses années dans un Institut Technique. Marché conclu! (Pearson), destiné aux sections économiques des Instituts techniques et professionnels, est son dernier ouvrage.